L’ennui et la farniente!

La farniente! Douce oisiveté…

6farniente

Une journée lente, une journée calme. Une journée froide, une journée grise. Une journée paisible, une journée de repos. Une journée de biscuits ratés et de crème de poireaux. Une journée de tisane et de chaleur. Une journée de bonheur! Rythme lent…

L’ennui n’est pas un ennemi à abattre, les enfants en ont besoin pour se construire. Qu’on soit adulte ou enfant, il est sain d’avoir des moments de « rien ». Le silence et l’ennui peuvent s’avérer très formateurs. La suractivité peut empêcher de belles découvertes. En ne faisant soi-disant « rien », chacun peut se demander ce qu’il a envie de faire, ce qu’il aime faire, ce qui lui ferait plaisir, découvrir qui il est, entrer en contact avec ses émotions, etc. Ralentir…

Ce que plusieurs adultes n’arrivent même pas à faire! Radio ou télé ouvertes en bruit de fond, se sur-occuper et valoriser cette sur-occupation, vivre des journées où une activité n’attend pas l’autre… Un mécanisme de défense? On évite ainsi de se retrouver devant « rien », de se retrouver seul face à soi-même. Tout seul avec soi… L’angoisse du miroir?

L’automne nous ramène à la maison, au cocooning… La baisse de luminosité nous mène à des activités plus calmes, parfois à un manque d’énergie, un besoin accru de repos… Suivre ses besoins…

La farniente! Douce oisiveté… Ne rien faire avec plaisir, sans culpabilité… et savourer l’indispensable inaction.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s